Media

« Avec le Brexit, la France pourrait perdre un allié énergétique précieux », Interview de Jacques Percebois

Publié le 22 juillet 2016

Quelles conséquences le Brexit aura-t-il sur la politique européenne de l’énergie et du CO2 ? Un mois après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, Jacques Percebois analyse les zones d’évolution possibles pour l’Observatoire Energies d’Entreprise d’EDF.

 

 

Quels domaines énergétiques pourraient être affectés par le Brexit ?

Si le manque de recul incite à la prudence, on peut toutefois esquisser quelques hypothèses. Selon toute probabilité, les incidences du Brexit seront faibles sur le pétrole, le gaz ou le charbon, mais plus sensibles en matière d’électricité. Le Royaume-Uni, qui importe environ 5 % de sa consommation électrique essentiellement depuis l’Hexagone, restera-t-il un marché pour la France et à quelles conditions ? De même, les projets d’investissement dans le nucléaire ou dans les interconnexions seront-ils maintenus, alors que les prix des importations européennes vont être modifiés par les changements de parité monétaire (baisse de la livre) ? Une certitude : si des accords se mettent en place, les Britanniques devront faire sans les aides de la Commission européenne et notamment celles de la Banque européenne d’investissement en faveur des renouvelables.

Lire la suite de l’interview sur le site de l’Observatoire d’Energies d’Entreprises