Chargement Évènements

Évènements passés › Friday Lunch Meetings

Navigation par liste

septembre 2021

Friday Lunch Meeting Débat Nicolas Rochon, 17 Septembre 2021

17 septembre 2021

 

Intervenant

Nicolas Rochon fondateur et président d’RGREEN INVEST

Titre 

En 2020, Nicolas Rochon écrit un livre « Ma transition énergétique » dédié aux partenaires historiques qu’il accompagne depuis une dizaine d’années. Ce recueil de témoignages donne ainsi l’occasion de revenir sur l’histoire du développement des énergies renouvelables en France et de comprendre les enjeux environnementaux sous-jacents à travers le regard d’un entrepreneur convaincu que la finance verte a un rôle décisif à jouer afin d’allier croissance économique et respect de l’environnement.

Historique
 
Nicolas Rochon fondateur et président d’RGREEN INVEST compte parmi les pionniers de la finance verte en France. Sa société de gestion indépendante, devenue récemment entreprise à mission, est spécialisée dans l’investissement et le financement d’infrastructures liées à la production d’énergies renouvelables et à l’adaptation aux changements climatiques. Cette dernière gère un portefeuille d’actifs d’1,3 milliard d’euros et a contribué, via ses solutions de financement sur mesure, au développement de plus de 500 projets en France et en Europe. En ayant participé à l’installation de 2,6 GW de puissance installée tout en évitant l’émission de plus de 550 000 tonnes de CO2, RGREEN INVEST se place désormais comme un acteur incontournable de la transition énergétique et de l’adaptation aux changements climatiques.
 
Informations pratiques
 
Notre Friday Lunch Meeting aura lieu de 12.30 pm – 2 pm
 
Vous pourrez y assister au Palais Brongniart ou via l’outil Zoom.

Pour y participer nous vous invitons à vous inscrire ici

1. Si vous avez sélectionné le mode « en ligne » le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée.

2. Si vous souhaitez participer à notre événement en présentiel voici notre adresse :

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage 

Pour recevoir des invitations aux FLM, présenter vos ouvrages/articles ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

 

Voir les détails de l'événement

juillet 2021

Spécial Friday Lunch Meeting Débat Christian de Perthuis, 2 juillet 2021

02 juillet 2021

Intervenant

Christian de Perthuis, fondateur de la Chaire Economie du Climat & Auteur chez De Boeck Supérieur. 

Titre 

15 ans de marché carbone : six leçons pour renforcer le système

Résumé
 
A quelques jours de la présentation par la Commission européenne de son projet de réforme (14 juillet), Christian de Perthuis vous invite à venir discuter des propositions développées dans le Policy Brief réalisé en avril dernier à la demande conjointe de Confrontation Europe et de ID4D (blog de l’AFD).
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

juin 2021

Friday Lunch Meeting Recherche, Johanna Choumert-Nkolo, 18 juin 2021

18 juin 2021

Intervenant

Johanna Choumert-Nkolo, Directrice de recherche chez EDI Global.

Titre 

Migration interne et pauvreté énergétique en Afrique du Sud

Auteurs : Johanna Choumert-Nkolo and Leonard Le Roux (Sciences Po et Université Cape Town)

Résumé
 
Malgré les progrès récents, la pauvreté énergétique reste omniprésente en Afrique subsaharienne (ASS). Ce défi est généralement plus grave dans les zones rurales. Cependant, l’urbanisation rapide ajoute un défi de taille aux autorités locales urbaines souvent sous-dotées qui peinent à fournir des services aux nouveaux citadins. Dans le cas de l’Afrique du Sud et d’autres pays d’Afrique subsaharienne, cela a entraîné une prolifération d’établissements urbains informels mal desservis à la périphérie urbaine, où le manque d’accès à l’énergie est aggravé par un manque d’accès à d’autres services et opportunités d’emploi, ce qui dans les sites de privation concentrée et multidimensionnelle. Cet article présente la première analyse de la relation entre la migration rurale-urbaine et la pauvreté énergétique en Afrique du Sud, et à la connaissance des auteurs en Afrique, en utilisant un ensemble de données de panel représentatif au niveau national. En utilisant une approche de la différence des différences, l’évolution de la pauvreté énergétique pour les migrants et les non-migrants est suivie sur une période de dix ans. On constate qu’en moyenne, le déplacement vers les zones urbaines entraîne une réduction de la précarité énergétique pour les migrants eux-mêmes, avec des réductions particulièrement spectaculaires de l’utilisation des combustibles de cuisine traditionnels. Cependant, environ un nouvel arrivant urbain sur cinq emménage dans des habitations de cabanes informelles où les gains de la migration sont négligeables du point de vue de la pauvreté énergétique, compte tenu de l’augmentation rapide de l’accès au réseau et de l’accès aux appareils électriques dans les zones rurales sud-africaines.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

mai 2021

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Recherche, Guglielmo Zappalà, 21 mai 2021

21 mai 2021

 

Intervenant

Guglielmo Zappalà, doctorant à Paris School of Economics.

Titre 

Les perceptions subjectives et l’exactitude façonnent-elles l’adaptation au changement climatique? Témoignages du Bangladesh

 
Guglielmo ZappalàRésumé
Cet article examine comment les perceptions subjectives du changement climatique des ménages ruraux au Bangladesh influencent leurs décisions d’adaptation à l’irrigation. En utilisant un ensemble de données de panel représentatif national unique d’agriculteurs au Bangladesh, j’étudie l’effet des perceptions subjectives sur l’utilisation de différents types d’irrigation au cours de diverses saisons de croissance. Je formalise un cadre théorique dans lequel les perceptions subjectives dépendent de l’environnement de référence auquel les agents sont exposés et j’en teste les implications. J’ai également défini et validé empiriquement l’hypothèse selon laquelle les agriculteurs sont soumis à un biais de disponibilité, constatant que les récentes sécheresses autodéclarées conduisent à une réaction excessive dans l’utilisation de l’irrigation sur les terres cultivables, l’effet disparaissant après une période. En comparant les souvenirs des agriculteurs des épisodes de sécheresse autodéclarés et des événements enregistrés objectivement, je trouve que la précision des agriculteurs explique les différences dans les décisions d’adaptation à l’irrigation, avec des réactions différentes à la sous-estimation et à la surestimation de ces événements. Une compréhension détaillée des perceptions des agriculteurs sur le changement climatique et les stratégies d’adaptation peut contribuer de manière significative à la conception de politiques adéquates pour la sécurité agricole.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

avril 2021

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Recherche, Julien Wolfersberger, 16 avril 2021

16 avril 2021

Intervenant

Julien Wolfersberger, Université Paris-Saclay, AgroParisTech-INRAE Economie Publique, Chercheur associé CEC.

Titre 

Investissement routier, développement et déforestation

 
Résumé
Nous étudions l’impact des investissements dans les infrastructures de transport sur l’expansion agricole en Amazonie brésilienne. Nous examinons comment la construction de nouvelles routes (ou la modernisation de celles existantes) modifie l’équilibre spatial de l’agriculture, modifie les quantités échangées et cause de la déforestation. Le modèle est quantifié à l’aide d’un nouvel ensemble de données combinant des recensements agricoles et des données satellitaires sur le couvert forestier et les réseaux routiers. Nous trouvons qu’une diminution des coûts de transport de 10% entre les états de la région de «  l’arc de déforestation  » et le port international le plus proche fait augmenter la déforestation d’environ 4% dans cette région. Nous mettons en évidence les effets d’équilibre général liés à ce résultat et détaillons plusieurs agrégats importants pour la transformation structurelle.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

mars 2021

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Recherche, Jordi Planelles Cortes, 19 mars 2021

19 mars 2021

Intervenant

Jordi Planelles Cortes, doctorant à l’Université Paris Saclay, à l’Université de Barcelone et à la Chaire Energie et Prospérité.

Titre 

Taxes carbone dans un réseau de production mondial.

 
Résumé
L’objectif de cet article est de mieux comprendre la taxation du carbone dans le contexte d’un réseau de production mondial de plus en plus intégré. Nous présentons un modèle qui caractérise comment, au-delà des chocs politiques propres au secteur, la structure du réseau de production mondial est capable de générer des fluctuations importantes sur la production et les émissions globales. Nous partons d’un courant de littérature qui utilise les structures de réseaux dans le cadre de modèles d’équilibre général pour caractériser les origines microéconomiques des fluctuations agrégées. Nous étendons les modèles précédents afin, entre autres, d’inclure la taxation du carbone et de prendre en charge la structure d’une base de données environnementale multi-régionale entrées-sorties. Nous fournissons une représentation empirique des différents effets de réseau qui jouent un rôle dans la diffusion globale des effets de la taxation du carbone. Nous sommes en mesure d’identifier un très petit ensemble de secteurs qui possèdent l’essentiel du potentiel de réduction des émissions. Les effets politiques de second ordre définissent les synergies entre les politiques qui appellent à une plus grande harmonisation dans l’application de la taxation du carbone dans le monde.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

février 2021

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Débat, Reza Lahidji, 19 février 2021

19 février 2021

Intervenant

Reza Lahidji, Responsable du pôle Évaluation et Gouvernance chez KPMG en Norvège, et spécialisé en évaluation des politiques publiques. Il est membre du Comité d’experts économistes auprès de l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs.

Titre 

Évaluer la gestion des déchets radioactifs – Enjeux méthodologiques

 
Résumé
Les activités nucléaires de nombreux pays ont engendré, depuis plus d’un demi-siècle, un stock considérable de déchets radioactifs, pour certains à haute activité et/ou à vie longue, dont il faut assurer la gestion de façon plus sûre et durable que ce n’est le cas aujourd’hui. En outre, l’exploitation civile de l’énergie nucléaire est appelée à se poursuivre pendant au moins plusieurs décennies et représente même, pour certains, un élément important des stratégies de lutte contre le réchauffement climatique. Le problème de gestion des déchets nucléaires est donc appelé d’une part à perdurer et, d’autre part, à interférer avec les débats de politique climatique. En France, le législateur a opté en 2006 pour une solution de stockage géologique des déchets radioactifs à haute activité et à vie longue, et en a confié la responsabilité à l’Agence pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). L’Andra a développé par étapes un projet de stockage intitulé Cigéo et situé à proximité de la commune de Bure, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne. Ce projet doit bientôt faire l’objet d’un dépôt de dossier de déclaration d’utilité publique, qui comporte une évaluation socioéconomique (ESE).
Pour la conseiller dans la conduite de cette évaluation, l’Andra a constitué un Comité d’experts économistes qui s’est réuni à fréquence régulière au cours des deux dernières années, contribué à l’élaboration d’une méthode et supervisé les travaux d’ESE. Le Comité a notamment dû répondre aux défis méthodologiques considérables que pose l’évaluation des solutions de gestion de déchets nucléaires, notamment dans la prise en compte du très long terme et la représentation d’une incertitude radicale pour le décideur public. Ces questions méthodologiques, pour familières qu’elles soient pour l’économiste du climat, se posent ici avec une acuité plus grande encore que dans les débats sur la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, les différents choix de gestion des déchets comportent des coûts, des bénéfices et des risques qui s’étendent non pas sur des décennies ou des siècles, mais des dizaines de millénaires, et mettent en jeu des scénarios extrêmes d’évolution de la société.
 
Le séminaire cherchera à présenter les grandes lignes du projet, donner un aperçu des défis méthodologiques que pose son évaluation et analyser les réponses pratiques proposées par le comité d’experts, en mobilisant en particulier des avancées récentes de la théorie économique d’une manière ouverte et accessible.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

janvier 2021

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Recherche, Franziska Holz, 15 janvier 2021

15 janvier 2021

Intervenant

Franziska Holz, Professeure à l’Institut allemand d’études économiques (DIW Berlin)

Titre 

Marchés des ressources fossiles et changement climatique

 
 
 
Résumé
Cette conférence présentera les résultats de recherches récentes du projet de recherche économique en cours Marchés des ressources fossiles et changement climatique. La réalisation de l’accord de Paris nécessite une transformation radicale du système énergétique et, surtout, une forte réduction de l’utilisation des énergies fossiles. Par conséquent, les actifs sous forme de ressources énergétiques fossiles et d’infrastructures risquent de perdre de la valeur et de devenir des «actifs bloqués». Les propriétaires d’actifs sont incités à retarder voire à empêcher la mise en œuvre des politiques climatiques. Nous étudions comment les investissements à long terme et le risque d’échouement des actifs entravent l’efficacité de la politique climatique. Cet exposé met en lumière les résultats de la recherche sur les scénarios potentiels mondiaux d’énergie fossile jusqu’en 2050 ainsi que les risques d’échouage d’actifs régionaux sur les marchés du charbon et du gaz naturel.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu en anglais via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

décembre 2020

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Recherche, Olivier Damette, 18 Décembre 2020

18 décembre 2020

Intervenant

Olivier Damette, Professeur en sciences économiques à l’Université de Lorraine, chercheur au BETA et associé à la Chaire Economie du Climat

Titre 

Le climat est-il une malédiction ou une bénédiction dans la lutte contre le virus Covid-19 ?

 
 
Résumé
Face à la pandémie mondiale de Covid-19, nous devons mieux comprendre les liens entre les facteurs météorologiques et le virus et enquêter sur l’existence de modèles saisonniers potentiels. Dans la lignée d’une littérature empirique récente, nous réévaluons l’impact des facteurs météorologiques sur les cas quotidiens de Covid-19 dans un panel de pays avancés et émergents entre le 1er janvier et le 28 mai 2020. Nous considérons 5 facteurs météorologiques différents et approfondissons les études précédentes . En outre, nous donnons une perspective à court et moyen / long terme des conséquences dramatiques de la pandémie en considérant à la fois les personnes infectées (à court terme) et les décès (à long terme). Nos résultats révèlent que le choix des retards et la perspective temporelle des effets des facteurs climatiques sur le virus sont cruciaux, de même que les résultats du Covid-19 peuvent expliquer les écarts dans la littérature précédente. Pour la première fois, nous utilisons un modèle de panel dynamique et considérons deux types différents de canaux entre le climat et le virus Covid-19: 1) des facteurs directs / physiques liés à la dynamique de survie et de durabilité du virus en surface et à l’extérieur et 2) un facteur indirect à travers les comportements humains et la mobilité individuelle – marcher ou conduire à l’extérieur – pour saisir l’impact du climat sur la distance sociale et donc sur les résultats de Covid-19. Notre modèle est estimé \ emph {en soi} deux estimateurs différents et la persistance, les retards dans les motifs, les non-linéarités et les nombreux changements de spécifications sont pris en compte avec de nombreux contrôles de robustesse. Nos travaux révèlent que les températures et, plus intéressant encore, le rayonnement solaire – qui a été clairement sous-évalué dans les études précédentes – sont des facteurs climatiques importants de l’épidémie de Covid-19. Les effets indirects du comportement humain, c’est-à-dire les interrelations entre les variables climatiques et la mobilité des personnes, sont significativement positifs et doivent être pris en compte pour évaluer correctement les effets des facteurs climatiques. Le climat étant en soi purement exogène, le climat a tendance à renforcer l’effet de la mobilité sur la propagation du virus. L’effet net du climat sur l’épidémie de Covid-19 résultera donc de l’effet négatif direct des variables climatiques et de l’effet indirect dû à l’interaction entre la mobilité et celles-ci. Les effets négatifs directs des facteurs climatiques sur les résultats de Covid-19 – lorsqu’ils sont significatifs – sont en partie compensés par des effets indirects positifs liés à la mobilité humaine. Des politiques de contrôle appropriées devraient être mises en œuvre pour contrôler la mobilité et la distanciation sociale.
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

Le Friday Lunch Meeting aura lieu en français via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:00 pm

Voir les détails de l'événement

novembre 2020

WEBINAIRE Friday Lunch Meeting Débat, Christian de Perthuis, 20 novembre 2020

20 novembre 2020

Les slides du webinar sont en libre accès ici : 20-11-20_FLM slides

Intervenant

Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, Christian de Perthuis a dirigé la Mission climat de la Caisse des Dépôts. Il est également le fondateur de la Chaire Économie du Climat.

Titre 

Covid-19 et réchauffement climatique

Résumé
Il est inimaginable que le choc du Covid-19, ayant touché simultanément des milliards d’humains, ne soit qu’une simple parenthèse avant le « retour à la normale ». Dans ce livre, Christian de Perthuis tente de discerner les transformations dans l’organisation économique et la sphère sociale susceptibles de modifier demain les conditions de l’action climatique. « Le coronavirus a mis les puissants à genoux et le monde à l’arrêt comme rien d’autre n’aurait su le faire. Nos pensées se précipitent encore dans un va-et-vient, rêvant d’un retour à la normale, tentant de raccorder le futur au passé, de les recoudre ensemble, refusant d’admettre la rupture. » Arundhati Roy L’économie du confinement a mis le monde à l’arrêt. Le Covid-19 a purifié l’air de nos villes et fait chuter les émissions de CO2 comme aucune politique auparavant. Dans l’urgence, il a imposé des réorganisations drastiques de la production, des échanges, du travail. Il a creusé les inégalités, mais a catalysé de nouvelles formes de solidarité. Un choc ayant touché simultanément des milliards d’humains ne peut constituer une simple parenthèse avant le « retour à la normale ». Dans cet essai, Christian de Perthuis nous incite à ne pas chercher à « recoudre ensemble le futur et le passé », suivant la belle formule d’Arundhati Roy. Il suggère d’opérer « un va-et-vient » entre l’un et l’autre pour éclairer les ruptures qui vont structurer le monde de demain. Il nous révèle ce que la catastrophe sanitaire peut changer pour l’action climatique. Le monde post-Covid-19 sera plus numérisé et moins carboné. La redistribution des flux de personnes et des marchandises ouvre la voie d’une accélération de la transition énergétique. La tarification carbone distributive, celle de sociétés plus solidaires. La lutte contre l’émergence de nouveaux virus nous oblige à mieux respecter la nature : à protéger les écosystèmes qui stockent le CO2 de l’atmosphère et éloignent les attaques de nouveaux virus. L’économie post-Covid-19 devra reposer sur de nouveaux rapports au milieu naturel et à la multitude des êtres vivants le composant. 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Le Friday Lunch Meeting aura lieu en français via l’outil Zoom.

Le lien vous sera communiqué une fois votre inscription réalisée ici.

12:30 pm – 14:30 pm

 

Les slides du webinar sont en libre accès ici : 20-11-20_FLM slides

Voir les détails de l'événement
+ Exporter les évènements