Chargement Évènements

Évènements passés

mai 2019

Friday Lunch Meeting, Jacques de Gerlache, 17 mai 2019

17 mai 2019

Gaz à effet de serre, production d’énergie (fossile, renouvelable, nucléaire), transformation, transport ou stockage : les enjeux des transitions énergétiques mondiales sont nombreux et variés.

Intervenant
 
Jacques de Gerlache, Ecotoxicologue et professeur à l’institut Paul-Lambin (Bruxelles), conseiller scientifique auprès du Conseil fédéral belge du développement durable.
 
Livre
Mettre en oeuvre les transitions énergétiques – Stratégie intégrative et gestion opérationnelle (Editions Dunod)
 
Résumé
Gaz à effet de serre, production d’énergie (fossile, renouvelable, nucléaire), transformation, transport ou stockage : les enjeux des transitions énergétiques mondiales sont nombreux et variés. À tel point que décideurs politiques, économistes ou dirigeants d’entreprises ont souvent tendance à les considérer individuellement.

Cet ouvrage propose une approche intégrative de ces transitions énergétiques, prenant en compte toutes les dimensions de ces enjeux. Après avoir fait un état des lieux des problématiques énergétiques actuelles, il explique comment tous ces aspects sont intimement liés et pourquoi les traiter indépendamment n’aboutira qu’à des solutions peu efficaces. Il les synthétise ensuite dans une stratégie globale, puis propose une méthodologie opérationnelle permettant de mettre en œuvre des plans d’action, que ce soit au niveau local, national ou international.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

 
Voir les détails de l'événement

avril 2019

Friday Lunch Meeting, Alexis Tantet, 26 avril 2019

26 avril 2019

Alexis Tantet, Post-doctorant au laboratoire de Météorologie Dynamique de l’école Polytechnique.
Nous développons un programme d’optimisation du mix d’énergies renouvelables.La principale nouveauté consiste à prendre en compte et à évaluer l’impact de la variabilité climatique, des échelles de temps multi-décennales aux horaires, sur le mix.

Intervenant
 
Alexis Tantet, Post-doctorant au laboratoire de Météorologie Dynamique de l’école Polytechnique
 
Titre
 
 
Résumé
 
Nous développons un programme d’optimisation du mix d’énergies renouvelables.
La principale nouveauté consiste à prendre en compte et à évaluer l’impact de la variabilité climatique, des échelles de temps multi-décennales aux horaires, sur le mix. Cet impact est résolu en intégrant les simulations climatiques régionales couvrant la période 1989-2012 aux modèles de production et de demande en énergie renouvelable à l’échelle régionale.
La combinaison optimale est ensuite déduite d’une analyse de variance moyenne avec comme objectifs à la fois de maximiser la moyenne de la pénétration totale des énergies renouvelables et de minimiser la variance, ou le risque, de cette dernière.
 
Nous considérons deux cas: dans le premier, l’analyse prend en compte les corrélations entre régions de la production et de la demande. Dans le second cas, les synergies entre régions sont ignorées. Dans une première étude de cas, nous appliquons le modèle numérique à l’Italie, pays où la part des énergies renouvelables est relativement élevée.
Nous nous concentrons sur le mixage en maximisant le ratio de pénétration moyenne des énergies renouvelables sur le risque pour la même capacité renouvelable que celle installée en 2015.
Nos principales conclusions sont que (i) la répartition optimale des capacités technologiques et spatiales – avec environ deux tiers de la capacité éolienne et un tiers solaire – diffère considérablement du mix actuel (avec un surinvestissement substantiel dans le photovoltaïque); et (ii) ignorer l’impact de la variabilité climatique interannuelle et intra-journalière sur le risque a un impact important sur la combinaison optimale.
 
Cette étude montre combien il est important de fonder les incitations au développement des énergies renouvelables sur des stratégies optimales tenant compte à la fois du risque et de l’impact de la variabilité climatique sur cette dernière.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

Compte rendu du Petit Déjeuner Professionnel sur la nouvelle PPE du 26 avril 2019

26 avril 2019

Lors d’un premier événement organisé en 2018, la Chaire Economie du Climat avait convié les principaux acteurs de la filière à partager leurs attentes vis-à-vis du débat public autour de la révision de la PPE. Un an après, la Chaire a organisé un second petit déjeuner visant à éclairer la cohérence du projet de nouvelle PPE publié en début d’année avec les objectifs de la transition énergétique en France. La table ronde était animée par Jacques Percebois et Boris Solier autour…

Lors d’un premier événement organisé en 2018, la Chaire Economie du Climat avait convié les principaux acteurs de la filière à partager leurs attentes vis-à-vis du débat public autour de la révision de la PPE. Un an après, la Chaire a organisé un second petit déjeuner visant à éclairer la cohérence du projet de nouvelle PPE publié en début d’année avec les objectifs de la transition énergétique en France.

La table ronde était animée par Jacques Percebois et Boris Solier autour de la question: Nouvelle PPE : quels impacts pour la transition énergétique et réunissait Christophe Beguinet (Syndicat CFDT), Laurent Joudon (Directeur d’études économiques, EDF), Marion Lettry (Déléguée générale adjointe, SER), Isabelle Muller (Déléguée générale, UFIP) et Stanislas Reizine (Sous-directeur du système électrique et ENR, DGEC).

Lire le compte rendu qui fournit une synthèse des points forts qui s’en sont dégagés

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting, Fabien Roques, 19 avril 2019

19 avril 2019

Intervenant   Fabien Roques, Professeur Associé à l’Université Paris-Dauphine   Titre   « Un prix plancher du CO2 coordonné en Europe : modélisation de l’impact sur le coût du capital, les investissements électriques et la trajectoire de décarbonation du système électrique »    Résumé   L’objectif de cette étude est de montrer les limites des récentes réformes de l’EU ETS et les bénéfices que peut apporter un prix plancher du carbone. Différents scénarios de prix plancher du carbone ont été…

Intervenant
 
Fabien Roques, Professeur Associé à l’Université Paris-Dauphine
 
Titre
 
« Un prix plancher du CO2 coordonné en Europe : modélisation de l’impact sur le coût du capital, les investissements électriques et la trajectoire de décarbonation du système électrique » 
 
Résumé
 
L’objectif de cette étude est de montrer les limites des récentes réformes de l’EU ETS et les bénéfices que peut apporter un prix plancher du carbone. Différents scénarios de prix plancher du carbone ont été développés dans ce rapport et une étude quantitative a été réalisée sur la réduction des émissions de GES qui en résulterait. Ce rapport présente également l’impact de la décarbonation du secteur électrique et des impacts socio-économiques tels que le coût de l’énergie et les recettes des gouvernements qui peuvent en découler.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

mars 2019

Conférence : Emissions Trading: Which Way Forward?

28 mars 2019

La Chaire Economie du Climat (CEC), le Postdam Institute for Climate Impact Research (PIK) et le Mercator Research Institute on Global Commons and Climate Change (MCC) co organisent une conférence Emissions Trading: Which Way Forward? le jeudi 28 mars à l’Université Paris Dauphine de 8h00 à 16h30.  Merci de consulter ce lien pour tous renseignements (programme, inscription…)

La Chaire Economie du Climat (CEC), le Postdam Institute for Climate Impact Research (PIK) et le Mercator Research Institute on Global Commons and Climate Change (MCC) co organisent une conférence Emissions Trading: Which Way Forward?

le jeudi 28 mars à l’Université Paris Dauphine de 8h00 à 16h30.

 Merci de consulter ce lien pour tous renseignements (programme, inscription…)

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting, Pierre-Alain Jayet, 22 mars 2019

22 mars 2019

Pierre-Alain Jayet (INRA) va présenter « Revising the hierarchy of geographical impacts in response to climate change and water prices: a prospective approach to French agriculture » 

Pierre-Alain Jayet (INRA) va présenter « Revising the hierarchy of geographical impacts in response to climate change and water prices: a prospective approach to French agriculture » 
 
Résumé
 
Les pressions sur les ressources et le changement climatique auront probablement un impact important sur la disponibilité de l’eau. Les systèmes agricoles sont directement affectés par le manque d’eau pour l’irrigation. Pour estimer ces impacts, nous développons une approche prospective combinant un modèle agro-économique et un modèle de culture. Appliqué à une grande partie du secteur agricole français, ce travail étend les analyses précédentes dans lesquelles l’eau était exclue du cœur de l’analyse. Trois scénarios climatiques contrastés ont été utilisés sur la période 2010-2100. Les résultats indiquent que l’évolution potentielle de la demande en eau varierait fortement selon la région et le scénario appliqués. En France, l’irrigation augmente dans tous les scénarios. La plus forte augmentation, de 60% dans le scénario intermédiaire, et des augmentations significatives, de 40% dans le scénario le plus lisse et de 20% dans le scénario le plus difficile, ont eu lieu entre 2010 et 2100. En différenciant les régions nord et sud, l’augmentation relative dans le nord, alors que la demande du sud augmente considérablement dans le scénario intermédiaire et diminue dans le scénario le plus difficile. Lorsque l’on envisage l’adaptation autonome des systèmes agricoles au changement climatique, les revenus agricoles dans les régions du nord seront probablement davantage affectés que dans les régions du sud.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting, Philippe Zaouati, 15 mars 2019

15 mars 2019

Philippe Zaouati, président de Finance for Tomorrow et directeur général de Mirova, vient présenter son rapport Canfin-Zaouati : un plan Juncker vert à la française, écrit avec Pascal Canfin, directeur général du WWF France.

Philippe Zaouati, président de Finance for Tomorrow et Directeur Général de Mirova, vient présenter son rapport Canfin-Zaouati : un plan Juncker vert à la française écrit avec Pascal Canfin, directeur général du WWF France.

Lien vers le document : https://financefortomorrow.com/2018/12/18/rapport-canfin-zaouati/

 
Résumé

Au cours de l’été 2018, Nicolas HULOT, Ministre d’Etat à la Transition Ecologique et Solidaire, et Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Economie et des Finances, ont confié à Pascal CANFIN, ancien Ministre du Développement et Directeur de la Fondation WWF France, et à Philippe ZAOUATI, Président de Finance for Tomorrow et Directeur Général de Mirova, la production d’un rapport visant à étudier l’utilité des instruments financiers de partage de risques dans le cadre du financement de la transition française vers la neutralité carbone, en lien avec les réflexions menées autour du Climate Finance Day de novembre 2018.

Pour une transition réussie, le défi est « d’investir plus, mais surtout d’investir mieux ». Les financements publics, seuls, n’étant pas suffisants pour y répondre, l’enjeu pour l’action publique est d’amener une réorientation massive des flux privés. En sus des propositions visant à faire évoluer le cadre réglementaire ou fiscal, le gouvernement s’intéresse au rôle que pourraient jouer les dispositifs financiers innovants de partage du risque, pour maximiser l’effet de levier des fonds publics.

Dans ce cadre, la mission a pour objectif de produire des recommandations concernant la mise en place d’instruments financiers dans le cadre desquels l’argent public est utilisé comme outil de partage de risque, afin d’amplifier l’implication des investisseurs privés dans le financement de filières de transition rencontrant un déficit d’investissement tel que leur développement reste insuffisant pour répondre aux objectifs de politique publique.

A partir de cette feuille de route, le présent rapport :

  •   examine les enjeux relatifs au recours aux instruments financiers publics pour la TE (I)

  •   établit un panorama des instruments financiers développés au niveau français et européens (II)

  •   évalue dans quelle mesure ils pourraient apporter une réponse aux situations de sous-investissement dans certains secteurs critiques en France pour réussir sa TE (III)

  •   formule des constats et recommandations concrètes pour amorcer le passage à l’échelle de la TE française via par l’usage des instruments financiers de partage de risques (synthèse et recommandations).

Le rapport tient compte dans ses recommandations pour l’usage des instruments financiers des politiques publiques globales de maîtrise des risques qui sont ou pourraient être déployées (réglementation, fiscalité, soutien à la structuration des filières, etc.), des enjeux comptables et budgétaires, de la nécessité de mobiliser au mieux les programmes existants, en particulier au niveau européen, tout en limitant les risques d’aléas moral.  
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

50 ans de Dauphine – Conférence : La neutralité carbone à quel horizon ?

14 mars 2019

Jeudi 14 mars de 14h00 à 17h45 – Université Paris- Dauphine – Salle Raymond ARON #50ans #makeourfuturehappen #ObjectifBasCarbone  INSCRIPTION Malgré les alertes de la communauté scientifique, de multiples inerties persistent qui freinent la mise en mouvement des sociétés. Comment faire passer les bons messages sur le climat ? Agiter la catastrophe qui vient, au risque de paralyser l’action ? Vanter les bénéfices d’une société neutre en carbone qui parviendrait à enrayer le réchauffement ? Ces questions ne concernent pas que les spécialistes, mais tous les…

Jeudi 14 mars de 14h00 à 17h45 – Université Paris- Dauphine – Salle Raymond ARON

#50ans #makeourfuturehappen #ObjectifBasCarbone

 INSCRIPTION

Malgré les alertes de la communauté scientifique, de multiples inerties persistent qui freinent la mise en mouvement des sociétés.

Comment faire passer les bons messages sur le climat ? Agiter la catastrophe qui vient, au risque de paralyser l’action ? Vanter les bénéfices d’une société neutre en carbone qui parviendrait à enrayer le réchauffement ?

Ces questions ne concernent pas que les spécialistes, mais tous les citoyens et l’ensemble de notre communauté dauphinoise.

Dans le cadre des 50 ans de Dauphine, la Chaire Economie du Climat et l’équipe de la Responsabilité Sociale de l’université (RSU) vous proposent de venir débattre de ces questions, lors de deux sessions interactives :

 PROGRAMME

14h-14h10 Introduction : Jean Jouzel (Président du conseil d’orientation de la Chaire)

Session 1 animée par Anna Creti, Directrice scientifique de la Chaire :

Les messages du GIEC : quels impacts sur la société ?

14h10 – 14h45 : dialogue avec Valérie Masson Delmotte (IPSL-GIEC) : l’état des connaissances scientifiques et leurs impacts sur la société (Questions/Réponses avec des Dauphinois)

14h45 – 15h 45 : Table ronde « d’experts » : le rôle de l’expertise dans la transition bas carbone

Amy Dahan (CNRS)

Thomas Sterner (University of Gothenburg)

15h45 – 16h10 : Pause

Session 2 animée par Christian de Perthuis, Fondateur de la Chaire :

Au-delà de l’expertise, comment communiquer pour mieux agir ?

16h10 – 17h00 : Table ronde des grands témoins

Catherine Chabaud, journaliste/navigatrice

Isabelle Delannoy, Dirigeante fondatrice DO Green

Erik Orsenna, écrivain

17h00 – 17h30 : interactions avec les Dauphinois et la salle

Conclusion de la conférence :

17h30 Isabelle Huault Présidente de Dauphine

Inauguration de l’exposition de photos sur les impacts du changement climatique préparée par Stéphanie Monjon en collaboration avec le National Geographic.

Voir les détails de l'événement

février 2019

Friday Lunch Meeting, Olivier Massol, 22 février 2019

22 février 2019

Olivier Massol (Professeur associé à l’Institut Français du Pétrole et Énergies Nouvelles (IFP Énergies Nouvelles)) présentera son papier Phasing out the U.S. Federal Helium Reserve: Policy insights from a world helium model (lien ici).    Retrouver la présentation    Résumé L’hélium, un gaz noble, est un co-produit présent dans certains gisements de du gaz naturel, c’est un intrant indispensable à de nombreuses technologies (en électronique et dans les scanners IRM en particulier). Si l’Hélium n’est pas séparé au moment de…

Olivier Massol (Professeur associé à l’Institut Français du Pétrole et Énergies Nouvelles (IFP Énergies Nouvelles)) présentera son papier Phasing out the U.S. Federal Helium Reserve: Policy insights from a world helium model (lien ici).
 
 
Résumé

L’hélium, un gaz noble, est un co-produit présent dans certains gisements de du gaz naturel, c’est un intrant indispensable à de nombreuses technologies (en électronique et dans les scanners IRM en particulier). Si l’Hélium n’est pas séparé au moment de la production du gaz naturel, il est émis à l’atmosphère lors de la combustion du gaz et est perdu. Pour limiter ces pertes, les USA avaient constitué un stock stratégique d’hélium dans les années 1960-1970. Dans ce papier, nous étudions les modalités de la fermeture de ce stock stratégique décidée en 2013 et montrons que le rythme rapide de fermeture de ce stock crée des pertes d’hélium et n’est pas socialement souhaitable. Nous montrons que les USA pourraient trouver un intérêt à un rythme d’extraction plus lent de ce stock stratégique.

 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting, Clément Bonnet, 1er février

01 février 2019

Clément Bonnet (chercheur en économie de l’environnement et de l’énergie à l’IFP Energie Nouvelles) présentera son articleCopper at the crossroads : Assessing the impact of the low-carbon energy transition on a non-ferrous and structural metal.   Résumé L’objectif de cet article est d’évaluer l’impact de la transition énergétique sur le secteur du cuivre. Il vise ainsi à établir dans quelle mesure la quantité disponible de cuivre et le développement de la filière peut constituer un facteur à risque pour la…

Clément Bonnet (chercheur en économie de l’environnement et de l’énergie à l’IFP Energie Nouvelles) présentera son articleCopper at the crossroads : Assessing the impact of the low-carbon energy transition on a non-ferrous and structural metal.
 
Résumé

L’objectif de cet article est d’évaluer l’impact de la transition énergétique sur le secteur du cuivre. Il vise ainsi à établir dans quelle mesure la quantité disponible de cuivre et le développement de la filière peut constituer un facteur à risque pour la transition bas-carbone. Le point de départ de cette analyse est le constat suivant : à service rendu équivalent les technologies bas-carbone consomment plus de cuivre que les technologies conventionnelles. Au vue de l’ampleur des transformations technologiques des secteurs du transport et de la production d’électricité que requiert la transition énergétique, l’analyse conduite dans cette article se focalise sur ces deux secteurs. La question de recherche vise à connaitre la quantité de cuivre consommée d’ici à 2050 qui est imputable à la décarbonation des secteurs du transport et de la production d’électricité. Sur la base de ce résultat, nous évaluons l’impact sur les ressources de cuivre de deux options de politiques publiques. La première est celle d’une mobilité plus douce. Nous comparons ainsi un scenario « high mobility » à un scenario « low mobility ». Ces deux scenarios se distinguent par les hypothèses faites sur l’étalement urbain, la nature de la couverture urbaine et les niveaux de demande pour les différents types de véhicules selon leurs caractéristiques techniques et environnementales. La seconde option de politique publique évaluée est celle de développement de la filière du recyclage du cuivre. Pour ce faire, nous quantifions l’impact du recyclage sur la disponibilité du cuivre et nous mettons en lumière le fait que le recyclage contribue à faire baisser la pression sur le secteur de l’offre et réduit ainsi le risque d’engorgement de la production.

 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse: flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement
+ Exporter les évènements