Chargement Évènements

Évènements passés

Navigation par liste

mars 2020

Conférence-débat avec Christian Gollier et Christian de Perthuis, lundi 23 mars, Université Paris-Dauphine

23 mars 2020

Au vu des directives gouvernementales la conférence est annulée. L’événement est cependant reporté à une date ultérieure, nous vous tiendrons informés via notre newsletter et sur notre site de la date précise dès que possible. Merci de votre compréhension.

17:30-19:00 – Université Paris-Dauphine – SALLE 2

L’Association des Économistes de l’Energie et la Chaire d’Economie du Climat (Université Paris-Dauphine) sont heureux de vous inviter à une conférence-débat autour des récents ouvrages de:

 

 

 

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting Recherche, Johanna Choumert-Nkolo, 20 mars 2020

20 mars 2020

Nous sommes au regret de vous annoncer l’annulation du FLM recherche du 20 mars avec Johanna Choumert-Nkolo-Nkolo. L’événement est cependant reporté à une date ultérieure, nous vous tiendrons informés via notre newsletter et sur notre site de la date précise dès que possible.

Merci de votre compréhension

 

 

 

 

 

Intervenant

Johanna Choumert-Nkolo, Chef de recherche chez EDI Global.

 

Titre 

Migration interne et pauvreté énergétique en Afrique du Sud

Auteurs : Johanna Choumert-Nkolo and Leonard Le Roux (Université Cape Town)

 

Résumé
 
Malgré les progrès récents, la pauvreté énergétique reste omniprésente en Afrique subsaharienne (ASS). L’urbanisation rapide représente un défi important pour les autorités locales urbaines souvent sous-capacitées qui ont du mal à fournir des services aux nouveaux citadins. Dans le cas de l’Afrique du Sud et d’autres pays d’Afrique subsaharienne, cela a entraîné une prolifération d’établissements urbains informels insuffisamment desservis à la périphérie urbaine, où un manque d’accès à l’énergie est aggravé par un manque d’accès à d’autres services et opportunités d’emploi pour entraîner des sites de privation concentrée et multidimensionnelle. En tant que tel, il n’est pas immédiatement clair que la migration rurale-urbaine entraîne une forte réduction de la pauvreté énergétique des migrants. Dans cet article, nous présentons la première analyse de la relation entre la migration rurale-urbaine et la pauvreté énergétique en Afrique du Sud, et à notre connaissance en Afrique, en utilisant un ensemble de données de panel représentatif au niveau national. En utilisant une approche de différence dans les différences, nous sommes en mesure de suivre l’accès à l’énergie des migrants et des non-migrants sur une période de 10 ans. Nous constatons que la migration rurale-urbaine entraîne une réduction presque immédiate de la pauvreté énergétique pour les migrants eux-mêmes, avec des réductions particulièrement spectaculaires de l’utilisation des combustibles de cuisson traditionnels. Cependant, les gains supplémentaires résultant de la migration vers les établissements urbains informels sont modestes, compte tenu à la fois du manque de services et du rythme des changements qui se produisent également dans les zones rurales, en particulier dans le cas de l’accès au réseau et de l’accès aux appareils électriques.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

février 2020

Friday Lunch Meeting, Elisabetta Cornago, 21 février 2020

21 février 2020

Intervenant

Elisabetta Cornago, économiste de l’environnement à la Direction de l’environnement de l’OCDE.

 

Titre 

Incitations à (ne pas) révéler les informations de performance énergétique sur le marché immobilier

Auteurs : Elisabetta Cornago et Luisa Dressler

Bien qu’Elisabetta soit actuellement en poste à l’OCDE, cet article a été rédigé avec Luisa Dressler lors de son passage à l’Université Libre de Bruxelles. Il n’est donc pas en lien avec les travaux de l’OCDE et ne représente en rien la position de l’OCDE sur la question.

Résumé
 
La divulgation des certificats de performance énergétique (CPE) est souvent incomplète, ce qui nuit à leur efficacité pour atténuer les asymétries d’informations entre propriétaires et locataires sur le marché de l’habitation. Même lorsqu’un certificat est disponible, les propriétaires ne le divulguent pas toujours. Cela contredit le résultat décevant selon lequel tous les propriétaires devraient divulguer des informations de qualité, sauf si cela est coûteux. Nous exploitons un ensemble de données transversales d’annonces de logements locatifs de la région belge de Bruxelles pour évaluer de manière empirique les incitations à la divulgation d’un CBE. Nous constatons que deux hypothèses fondamentales ne sont pas confirmées dans notre contexte: le locataire ne valorise la performance énergétique des immeubles locatifs que lorsque les logements sont de très haute qualité et ne semblent pas ajuster rationnellement leurs attentes lorsqu’ils sont confrontés à des logements dont la CPE est suspendue. Le document formule des conseils de politique spécifiques pour réformer les mécanismes de la CPE afin d’accroître les taux de divulgation.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

janvier 2020

Friday Lunch Meeting, Olivier David Zerbib, 17 janvier 2020

17 janvier 2020

Intervenant

Olivier David Zerbib, doctorant en finance à l’Université de Tilburg et à l’ISFA

Titre 

Un modèle d’évaluation d’actifs prenant en compte l’investissement durable (S-CAPM): preuve par l’investissement vert et l’exclusion des « actions du péché » (sin stocks)

 

Résumé
 
Cet article démontre comment l’investissement durable à travers (i) l’exclusion financière et (ii) l’intégration des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) affecte les rendements des actifs. En développant un modèle de valorisation d’actifs avec segmentation partielle et désaccord entre investisseurs, cet article caractérise deux primes d’exclusion généralisant la prime de l’article de Merton (1987) sur les actions négligées et une prime de goût qui démêle le lien entre performance ESG et performance financière. En construisant un instrument qui saisit les goûts révélés des investisseurs durables pour les entreprises vertes, ce modèle est estimé en étant appliqué à l’investissement vert et à l’exclusion des « actions du péché » sur des données américaines entre 2000 et 2018.  
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

décembre 2019

Friday Lunch Meeting, Edwin Zaccaï, 20 décembre 2019

20 décembre 2019

Intervenant

Edwin Zaccaï, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles et directeur du Centre d’Etudes du Développement Durable (CEDD) (Center for Studies on Sustainable Development en anglais).

 

Titre 

Livre : Deux degrés – Les sociétés face au changement climatique

Discutants

Jean Baptiste Fressoz chercheur au CNRS au Centre Alexandre Koyré de l’EHESS, auteur de « L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous ». Seuil, 2013.

Amy Dahan directrice de recherche du CNRS auteure de « Gouverner le Climat. Quels futurs possibles? Vingt années de négociations. » Presses de Science Po, 2015.

Résumé
 
Deux degrés, cela semble peu, mais c’est énorme. La température terrestre a déjà augmenté d’un degré depuis l’époque préindustrielle. Les émissions de carbone liées aux activités humaines en sont les premières responsables. Des bouleversements climatiques sont en cours et leurs impacts ne vont que s’aggraver. Il est presque sûr que nous ne tiendrons pas l’objectif, solennellement acté par les gouvernements du monde, de contenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C. La raison de cette incapacité tient à la triple dépendance de nos sociétés (technique, économique, culturelle) aux énergies fossiles, qui en constituent un soubassement aussi diffus que puissant. La science nous annonce qu’à ce rythme le pire est à craindre. Mais cela n’induit pas une fuite individuelle. Nous devons, au contraire, faire face collectivement. Constatant l’impossibilité actuelle de changer radicalement nos modes de vie et d’organisation, ce livre nous engage néanmoins à suivre plusieurs voies réalistes d’adaptation et de réforme pour préparer un futur moins sombre.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

novembre 2019

Retour sur la Table Ronde : Numérique et environnement : menace ou opportunité ?

28 novembre 2019

Ce 28 novembre, à l’aune de la COP 25, le Digital Society Forum (DSF) organisait un débat ouvert « Numérique et environnement : menace ou opportunité ? » en écho aux préoccupations croissantes des citoyens du monde. Les échanges de cette table ronde ont été menés par des chefs d’entreprise, économistes , journalistes, enseignants, étudiants et blogueurs. Pour nous éclairer et nourrir nos idées, retour sur des points de vue marquants et des pistes de solution. 

Voir article sur orange.com

Pour débattre sur le sujet, plusieurs intervenants au musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris 

Animé par Ruth Elkrief, journaliste, le débat a réuni autour de Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange :

Daniel Cohen, Economiste, professeur et directeur du département d’économie ENS

Anna Creti, Directrice et professeur titulaire de la chaire Economie du Climat à l’Université Paris Dauphine

Mathilde Imer, Co-présidente de Démocratie Ouverte et membre du Comité d’organisation de la Convention citoyenne pour le climat

Hervé Le Treut, Climatologue, Professeur à Sorbonne Université et à l’Ecole Polytechnique

Luis Neves, PDG de la Global Enabling Sustainability Initiative (GeSI)

Carlo Purassanta, Président de Microsoft France

Laëtitia Vasseur, Déléguée générale et co-fondatrice de l’association HOP

Le Prof. Jean-Paul Moatti, PDG de l’IRD et co-auteur du premier rapport des Nations Unies d’évaluation des ODD (GSDR 2019) – Angel Prieto, Membre du collectif Pour Un Réveil Écologique (PURE) et Eric Vidalenc, auteur de Pour une écologie numérique seront les grands témoins du débat

Voir les détails de l'événement

Présentation du Petit Déjeuner Professionnel L’inventaire national des émissions de gaz à effet de serre du 22 novembre 2019

22 novembre 2019

Echange autour de Jérôme Boutang, Directeur Général du CITEPA* sur l’inventaire national des émissions de gaz à effet de serre

De plus en plus, les objectifs des politiques d’atténuation du changement climatique sont définis en termes de « neutralité carbone », une situation qui égalise les émissions brutes de gaz à effet de serre avec la capacité d’absorption du CO2 atmosphérique par les puits de carbone.
Ceci pose de multiples questions sur la métrique à utiliser pour rendre l’objectif opérationnel.

Retrouver la présentation

Qu’est-ce que le CITEPA ?*

Le CITEPA (Centre Interprofessionnel Technique d’Etudes de la Pollution Atmosphérique) est une association à but non lucratif. Il élabore, vérifie et diffuse de manière impartiale des informations relatives aux émissions de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques. La réalisation de l’inventaire national annuel des émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques en France constitue l’activité de référence du CITEPA depuis plus de 20 ans. En tant que point focal sur les émissions françaises, le CITEPA se fonde sur des sources statistiques fiables, ainsi que sur des travaux d’experts dans tous les secteurs d’activité, pour estimer, compiler, synthétiser et diffuser des données, des analyses et des informations auprès des professionnels et des opérateurs publics et privés.

 

Voir les détails de l'événement

Pricing Carbon: The Silver Bullet for the Energy Transition? Conférence de la Chaire IBERDROLA Manuel Marin et de la Chaire Economie du Climat – Bruges

18 novembre 2019

Le 18 novembre 2019, la Chaire IBERDROLA Manuel Marín pour la politique énergétique européenne (Département d’études politiques et de gouvernance européennes – Collège d’Europe) et la Chaire Economie du Climat (CEC – Université Paris Dauphine) co organisent la conférence Pricing Carbon : The Silver Bullet for the Energy Transition ?

La conférence sera introduite par Béatrice Dumont (Chef du Département du Département d’Economie du Collège d’Europe), Dirk Buschle (titulaire de la Chaire IBERDROLA Manuel Marín pour la politique énergétique européenne) et Marc Baudry (Co responsable du pôle Prix du CO2 et Innovation Bas Carbone de la CEC et Directeur du Département d’Economie de l’Université Paris-Nanterre).

Lieu : Collège d’Europe, Bruges

Programme et Inscription

Voir les détails de l'événement

Friday Lunch Meeting, Christian Gollier, 15 novembre 2019

15 novembre 2019

Intervenant

Christian Gollier, Directeur Général de la Toulouse School of Economics et membre du comité scientifique de la Chaire Economie du Climat

 

Titre 

Livre : Le climat après la fin du mois

 

Résumé
 
On a longtemps vendu à l’opinion publique l’illusion aujourd’hui hautement inflammable d’une transition écologique merveilleuse, qui créerait emplois et richesses pour tous, tout en redonnant à la nature son lustre d’antan. Cette caverne d’Ali Baba n’existe pas. Au contraire, quoi que l’on fasse, la lutte pour le climat est attentatoire au pouvoir d’achat. Elle nous oblige à nous détourner à moyen terme de cette énergie fossile qui a fait notre fortune pendant deux siècles et à demander aux pays en développement d’en faire autant. Cette guerre pour le climat ne pourra se gagner sans la mobilisation de chacun. Cela nécessite d’appliquer le principe pollueur-payeur, en imposant un prix universel du carbone reflétant la valeur du dommage qu’il génère, quitte à le compenser pour les plus pauvres. Mais les Français sont-ils prêts à sacrifier un peu de leur bien-être aujourd’hui pour améliorer beaucoup le bien-être d’autrui, même si cet autrui n’est essentiellement pas français, et qu’il n’est probablement même pas encore né ? Pour la plupart, ici et ailleurs, la fin du mois passe avant la fin du monde. Ce constat dérangeant pose la question de nos responsabilités envers l’humanité.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement

octobre 2019

Friday Lunch Meeting, Etienne Espagne , 18 octobre 2019

18 octobre 2019

Intervenant

Etienne Espagne, économiste au département de recherche de l’Agence Française de Développement (AFD) et chercheur associé au CERDI

 

Titre 

Impact des phénomènes climatiques extrêmes sur l’efficacité technique de la riziculture vietnamienne

Auteurs : Yoro Diallo (CERDI), Sébastien Marchand (CERDI) and Etienne Espagne (AFD and CERDI)

 

Résumé
 
Le but de cette étude est d’examiner l’impact des événements météorologiques extrêmes au niveau des ménages agricoles sur l’efficacité technique du riz vietnamien. Le Vietnam est considéré comme l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique et son économie est fortement dépendante de la production de riz très affectée par le changement climatique.
Une analyse stochastique des frontières est appliquée aux données de panel de recensement et aux données météorologiques de 2010 à 2014 pour estimer ces impacts tout en tenant compte à la fois de la stratégie d’adaptation et des caractéristiques du ménage.
Nous constatons que les chocs météorologiques mesurés par la survenue d’inondations, de typhons et de sécheresses affectent négativement l’efficacité technique. De plus, des jours supplémentaires avec une température supérieure à 31 ° C diminuent l’efficacité technique et l’effet négatif augmente avec la température. En outre, cette étude combine les effets marginaux estimés des températures extrêmes sur l’efficacité technique avec des scénarios climatiques futurs (RCP 4.5 et 8.5) pour projeter l’impact potentiel des températures chaudes jusqu’à la fin du siècle sur l’efficacité technique du riz.
 
 
Si vous souhaitez recevoir des invitations aux FLM, présenter vos œuvres ou vous désinscrire de la liste de diffusion, n’hésitez pas à contacter cette adresse : flm@ChaireEconomieduClimat.org

 

Chaire Economie du Climat

Palais Brongniart, 28 Place de la bourse – 75 002 Paris

FLM- Salle du Séminaire – 4è étage (12.30 pm – 2 pm)

Voir les détails de l'événement
+ Exporter les évènements